Sur les arêtes du Pelvoux

Après notre tour au Bonvoisin, on a remis çà avec Benoit et Robin du côté du Pelvoux…

 

Acte I : Arête NE des Trois dents du Pelvoux

Topo camptocamp

 

Après une nuit bien courte, environ 4h de sommeil, on s’élance dans la nuit noire en direction du névé des militaires.

Quelques centaines de mètres de dénivelés plus tard, et un lever de soleil plutôt sympa sur la face est des Trois dents du Pelvoux, on se retrouve à franchir les premiers ressauts rocheux qui donnent accès à l’arête proprement dite.

On s’équipe et déjà on aperçoit les premières cordées qui descendent le glacier des Violettes.

On commence à grimper et rapidement on comprend que le topo camptocamp n’est pas des plus précis, ou nos cerveaux pas très bien réveillés. Quand il est dit de monter de 25 mètres, on à plutôt l’impression qu’il faut s’élever de 200 mètres…

En tout cas on suit la voie qui nous paraît la plus logique et tranquillement on prend de l’altitude. Il fait bon grimper au soleil et la vue sur le glacier des Violettes est splendide.

Toute la partie d’arête terminale nous à enchanter, pas trop difficile, avec du beau rocher. Un vrai régal.

Une bonne petite pause au sommet, une descente assez courte, une remontée non moins rapide puis une descente du couloir coolidge nous amène directement au refuge du Pelvoux pour un repos bien mérité.

C’est là que l’on prendra quelques infos sur notre itinéraire du lendemain ainsi qu’une rasade de lasagne que vous devriez essayer !

 

Acte II : Arête Ouest de la Pointe Puiseux

Topo camptocamp + Topo redessiner récemment disponible au refuge

 

Départ à 3h30 du refuge pour une course parcourue environ une fois par an selon le gardien…

On suit le chemin classique de la traversée du Pelvoux, avec toutes ces frontales qui nous suivent dans la nuit noire. On bifurque au pied du couloir Coolidge pour rejoindre le col est du Pelvoux, départ de notre voie du jour. Le lever de soleil qui vient embraser les faces est des sommets dans notre dos est toujours aussi envoutant ici.

En revanche, comme on grimpe en face ouest, pour nous c’est pas de soleil et petit vent frais ce matin. Du coup, c’est avec un demi-onglet aux doigts que l’on attaque à grimper.

La voie est très belle, le rocher globalement bon. Les longueurs s’enchainent bien, entrecoupées par un replat après le premier ressaut.

La dernière partie nous a parue la plus paumatoire, on pense être dans la voie, mais l’on est pas certain. En tout cas ça passe bien, mais le rocher devient nettement moins bon.

C’est finalement une partie d’arête relativement peu raide et facile qui nous amène au sommet de la Pointe Puiseux.

Comme à notre habitude, on se délecte d’un bon saucisson avec une tranche de pain. Puis sans trop traîner on enchaine avec la descente classique de la traversée du Pelvoux. La neige à déjà pas mal chauffée. Les désescalades et rappels s’enchainent et nous posent sur le névé Pélissier. Une courte remontée pour rattraper la descente par le névé des militaires sur le pré de Mme Carle vient rappeler à nos cuisses l’effort déjà fourni depuis hier matin…

 

Encore deux belles voies parcourues dans les Ecrins, dans une solitude quasiment lunaire… On adore ! Le reste c’est en images :

 

One Comment

Comments are closed.