Rechercher
  • louisdoazan

Raid à ski Cerces-Thabor

Initialement, ce raid devait avoir lieu dans l'Ortles, un massif glaciaire du Nord de l'Italie.

Initialement pour ce raid, nous devions être quatre.

Et puis, la neige est revenue en force dans les Alpes du Sud, le coronavirus s'est propagé en Italie, et Geoffroy, un des participants, a eu la bonne idée d'aller skier dans les Pyrénées, sur une neige visiblement un peu glacée...On te souhaite un prompt rétablissement Geoffroy et à bientôt sur les skis j'espère!

Bref, toutes ces nouvelles données nous ont convaincus, Sandrine, Walter et moi de faire du ski local, entre Cerces et Thabor.


Comme souvent en raid à ski, qui plus est sur six jours, nous avons eu droit à un échantillonnage de toutes sortes de neiges et de météos.

Sandrine et Walter étant des pratiquants assidus de la montagne, en constante recherche de nouvelles connaissances, ce fut une semaine bien studieuse!

Manips de cordes, cartographie, nivologie, théorie, pratique, tout y est passé.


Le premier jour nous ne décollons pas de Névache avant presque midi. C'est le rituel du premier jour: faire son sac, défaire son sac pour y ajouter quelques trucs, refaire son sac, re-défaire son sac pour enlever un peu de nourriture, refaire son sac, puis se souvenir que l'on devait régler ses crampons neufs, ainsi on re-défait son sac pour le re-faire une ultime fois et là c'est parti! Puis se rendre compte au bout de quelques mètres seulement, et heureusement, que l'on a oublié son porte-monnaie...bref, il est déjà tard quand nous nous lançons sur le chemin de la crête de Baude. Ce jour là nous nous ferons plaisir dans la bonne poudre des forêts entre les refuges de Buffère et du Chardonnet, où nous avons prévu de passer la nuit.


Le lendemain, c'est la tempête, il a neigé une bonne partie de la nuit et cela continue. Nous abandonnons rapidement le projet initial de faire le tour du Queyrellin et partons pour une initiation au GPS au col du Raisin, puis dans la Grande Manche, ce magnifique vallon situé entre la crête du Diable et la crête du Raisin. Nous regagnons enfin tranquillement le fond de la vallée et le refuge de Ricou sous la pluie. Eh oui à basse altitude, la poudre de la veille s'est transformée en une neige lourde et collante, berk! On termine malgré tout la journée par une recherche DVA, afin de vraiment mériter son séchage au coin du feu!

Troisième jour, les nuages ont disparu, le regel est médiocre, nous montons sous un soleil de plomb au col de la Tempête, après un court passage le long de l’arête ski au pied, nous mettons les crampons, empoignons le piolet pour gagner le sommet par l’arête ouest. C'est beau, c'est givré comme en Patagonie ( merci le vent et la neige humide de la veille...) Nous basculons dans le vallon des Muandes et finissons de nous dessécher au soleil en montant au col des Muandes pour une ultime descente en neige transformée sur le refuge des Drayères où j'arrive à la limite de l'insolation.


Tout raid à ski digne de ce nom doit avoir son changement de programme. Pour demain jeudi, la météo est parfaite, le regel est annoncé bien meilleur que la veille. Nous partons donc pour le Mont Thabor (initialement prévu le surlendemain). Malgré un refuge bondé nous sommes quasiment seuls à viser ce sommet. Nous nous offrons au passage le sommet de la Roche du Chardonnet. Du sommet du Thabor, nous basculons côté Valmeinier pour passer la nuit au nouveau refuge de Terre Rouge. Comme nous arrivons tôt, nous en profitons pour revoir la mise en place d'un corps mort et d'un mouflage (eh oui, initialement nous devions aller dans l'Ortles: il y a des glaciers, donc des crevasses!) En fin de journée la pluie à haute altitude revient, nous abandonnons l'idée de rejoindre demain la vallée étroite et le confortable refuge Ré Magi . Nous décidons plutôt que nous rebasculerons sur la Clarée pour aller au refuge Laval.


Le lendemain, malgré un lever tardif, il fait encore bien mauvais. Nous repoussons tant que nous pouvons notre départ mais finissons malgré tout par sortir. Il fait encore maxi moche lorsque nous prenons le chemin du col de Névache. Mais peu à peu le ciel s'éclaircit et rapidement il fait grand beau. Finalement il a quand même bien neigé en altitude. Arrivés au col, surprise! Il n'y a pas une trace dans le vallon des Muandes! On se fait un premier "run", puis on remonte sous le sommet de la Roche de la Grande Tempête pour un second run encore meilleur, et enfin nous remontons une dernière pente sous la crête des Muandes pour un dernier run, et là "the last but not the least"! Bon ça fait beaucoup d'anglicisme donc je vais me calmer. Après cela on se laisse tranquillement glisser en contemplant cette magnifique vallée des Cerces jusqu'au refuge Laval.


Pour le sixième et dernier jour de cette semaine, nous nous offrons le Tour du Queyrellin que nous devions faire le deuxième jour. C'est beau, la neige est parfaite, je revois cette face du Queyrellin que j'ai grimpé à l'été 2009 avec mon ami Polo.


Et déjà nous retrouvons le bitume. La réalité de ce mois de Mars nous arrive de plein fouet. Les trains depuis Oulx sont annulés, on se précipite à la gare de Briançon pour que Sandrine et Walter puissent sauter dans un train qui s’apprête à partir. La semaine se termine brutalement.

C'est vraiment un privilège de pouvoir se déplacer à ski pendant toute une semaine, de n'avoir à penser qu'aux orientations où la neige sera la meilleure et au dessert que l'on va nous servir le soir. J'espère que mes compagnons garderont de belles images de ce raid dans leurs têtes pendant le confinement. Pour ma part, je suis confiné ici à Guillestre, je vois les montagnes de ma terrasse, et même si je me trouve privé de revenus sans aucun dédommagement pour une durée indéterminée, c'est plutôt sereinement que j'envisage ce confinement depuis le fond de mon canapé. Pour une fois qu'on nous encourage à glander et à ne pas consommer...Je pense bien sûr à ceux et celles dont les conditions de confinement sont moins confortables que les miennes ainsi qu'aux malades et aux soignants. Je leur souhaite beaucoup de courage.

A bientôt dans l'Alpe!

Robin


Arête de la Roche de la Grande Tempête

Arête de la roche de la Grande Tempête

Les nuages restent en maurienne, what else ?

Montée au col de Névache, au fond le Thabor

Walter s'élance

Ca se passe de commentaire

Sandrine fait sa trace

Seuls dans le vallon des Muandes

Montée à la casse Blanche, en face la neige a bien fondu en quelques jours

Tour du Queyrellin

Col de la Casse Blanche

Moquette

Back to reality

Forêt qualité Hautes Alpes

Crête du Diable

Col des Raisins

Tempête dans la Grande Manche


On n'est pas encore les pros du peigne à la suisse

Lumières

Arête de la Roche de la grande Tempête

On a dit tendue la corde!



246 vues
Contact

N'hésitez pas pour toute demande de renseignements !

Louis Doazan

+336 08 12 62 48

Robin Coullet

​​+336 32 46 16 79

guidesdehautemontagne(at)hotmail.com

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Instagram

© 2023 par Louis et Robin