Rechercher
  • louisdoazan

BIG WALL EN COLOMBIE-Partie 2-L'Acclimatation

Mis à jour : mars 29

Gros travail pour ma mémoire que d’essayer de me souvenir avec justesse des anecdotes d'un voyage qui a eu lieu il y a huit ans. Je me rappelle d'une arrivée tard dans la nuit à Bogotá et de la recherche d'un hôtel avec Polo. Le lendemain nous partons à la recherche d'un ami d'Igor Martinez. Il s'appelle Arturo et nous avons son adresse. Il nous accueille chez lui avec sa compagne Adriana. Ce sont tout deux des forts grimpeurs. Arturo a même déjà grimpé le Ritucuba Blanco surement vingt ans auparavant!

Moko doit arriver le lendemain soir. Motivés à bloc pour aller découvrir le Cocuy nous décidons de le récupérer à l'aéroport et de sauter dans un car direction le village d'El Cocuy. En partant Arturo nous griffonne sur un bout de papier un plan pour aller chez son amie Gladys Bonilla qui vit à El Cocuy. Il nous invite à aller la voir de sa part.


Adriana et Arturo

El Cocuy


Dix heures de bus pour 300km plus tard, au petit matin nous arrivons au village. A El Cocuy, jolie bourgade agricole, tout le monde porte la même tenue: pancho, chapeau et bottes en caoutchouc. Après un petit déjeuner réparateur nous suivons le plan d'Arturo et frappons à la porte de Gladys. Une petite dame d'une cinquantaine d'année nous ouvre, elle ne nous attendait pas mais n'est pas non plus surprise de nous voir. Elle nous présente à ses enfants et nous désigne une pièce dans laquelle nous pouvons nous installer aussi longtemps qu'il nous plaira. Ce n'est pas partout que l'on trouve une si grande hospitalité!


La Maison de Gladys Bonilla


Une fois installés, nous pensons déjà à nous organiser pour la suite. Nous sommes partants pour un trek de quelques jours histoire de voir un peu les faces et de s'acclimater. Ici, pour rallier les départs des sentiers, le transport proposé c'est le camion laitier. En effet chaque matin celui-ci part d'El Cocuy et fait le tour des fermes alentours. On s'entasse donc à l'arrière et c'est parti pour trois heures de pistes.


Au départ d'El Cocuy avant de s'entasser dans le camion...

Dans le camion du lechero


Nous commençons à marcher en milieu de journée. Les paysages sont magnifiques et tellement différents de ce que nous connaissons dans les Alpes. Assez vite nous gagnons de l'altitude et apercevons les premiers lacs et glaciers. Nous visons le passage d'un col à 4800m, puis basculons derrière pour un premier bivouac à 4500m. Le soir nous sommes éclatés! On n'arrive même pas à manger et on sombre vite dans un profond sommeil. Les jours suivants seront plus faciles, notre corps commencent à s'habituer à l'altitude. Nous marchons trois jours de plus toujours entre 3000m et 4500m.


Gallerie slideshow


Le dernier jour, nous arrivons aux Cabanas Kanwara, une espèce de ferme camping restaurant. Là nous rencontrons Antonio qui veut bien nous servir de muletier pour acheminer notre matériel quand nous partirons grimper. Notre plan initial était de finir notre trek par la voie normale du Ritacuba Blanco. Nous portons depuis quatre jours corde, crampons et baudriers pour cela. Au pied de la montagne, nous en avons trop marre de marcher et abandonnons le plan initial pour rentrer à El Cocuy et manger un bon plato combinado: généralement constitué d'une soupe aux abats, de riz, de bananes plantins, de haricots et d'un bout de viande bien gras!


Séance d'entrainement pour ce coq de combat


De retour au village, nous prenons quelques jours pour faire les courses et nous reposer en profitant de la tranquillité des lieux.

Prochaine étape: Retour aux Cabanas Kanwara, suivi de deux jours de marche pour aller au pied du Rita, et puis ensuite on grimpe!


A suivre...

98 vues1 commentaire
Contact

N'hésitez pas pour toute demande de renseignements !

Louis Doazan

+336 08 12 62 48

Robin Coullet

​​+336 32 46 16 79

contact(at)guidesdehautemontagne.fr

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Instagram

© 2023 par Louis et Robin